... en 2019 ...

Troyes

Troyes est une commune française, située dans le département de l'Aube (dont elle est la préfecture) en région Grand Est.
Son passé historique, de la tribu des Tricasses à la libération de la ville le 25 août 1944 lors de la Seconde Guerre mondiale, en passant par la bataille des champs Catalauniques, le concile de Troyes, le mariage d'Henri V et de Catherine de France et les foires de Champagne ainsi que son riche patrimoine architectural et urbain avec ses nombreux édifices protégés au titre des monuments historiques, ont permis à Troyes, d'être désignée Ville d’art et d’histoire par le Comité national des Villes et des Pays d'art et d'histoire.
L'once troy, unité de mesure des métaux précieux depuis les foires de Champagne, tient son nom de la ville.
Le textile, développé à partir du XVIIIe siècle est l'un des atouts historiques de l’économie troyenne jusqu'aux années 1960 ; Troyes est aujourd'hui la capitale européenne des magasins d'usine et de négoce grâce à ses trois centres de marques.

C'est ma tante Marie qui habitait Lirey célèbre village champenois situé à 20 km au sud-ouest de Troyes qui m'a fait découvrir cette ville. J'avais alors 12 ans.
De ette visite j'avais retenu deux images et deux noms : "la ruelle des chats" et "le jubé" depuis je n'n'avais jamais eu l'occasion de retourner dans "le vieux Troyes". C'est aujourd'hui chose fait, j'y ai retrouvé mes souvenirs ...

plan du centre historique


dans la ville Médiévale et Renaissance


la Cathédrale


Eglise Sainte Madeleine


Sculptures modernes emblématiques


Clisson

Clisson est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.
Clisson faisait partie du Duché de Bretagne, et était la clé de voûte de la défense des Marches de Bretagne face au Poitou et à l'Anjou avec son château. La ville est aussi connue comme Clisson l'italienne en raison de son architecture de style italianisant inspirée du modèle toscan.
Clisson est située entre Nantes, Cholet et La Roche-sur-Yon, à la limite du Maine-et-Loire et de la Vendée. La commune comptait 7 187 habitants en 2017.

plan de visite


LE CHÂTEAU

Sa construction s'est échelonnée entre le XI et le XVII siècle.
Olivier de Clisson y naquit en 1336. Après s'être opposé à Du Guesclin, il finit par servir sous ses ordres et lui succéda en tant que Connétable de France. François 11, dernier duc de Bretagne y naquît en 1435.
Au moment des guerres de Vendée , il fût le théâtre de combats sanglants entre républicains et royalistes. Il reste l'un des fleurons de l'architecture militaire évolutive en France.


La Sèvre nantaise, le chateau et l'église Notre-Dame

l'église Notre-Dame est érigée à l'emplacement de la Collégiale détruite pendant les guerres de Vendée, elle a été construite à la findu XIX siècle d'après les plans de St. Jean et St-Paul de Rome.


LA GARENNE LEMOT

C'est depuis ce domaine de 13 hectares que Frédéric Lemot, à partir de 1805 et à la demande de ses amis nantais les frères Cacault, réalisa son ambitieux projet de sauvegarde du château médiéval et de création d'un paysage italien. Il fût remarquablement secondé dans sa tâche par son intendant François-Joseph Gautret, né dans le quartier de la porte Palzaise en 1771.



Chateaubriand



Châteaubriant est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. Elle fait partie de la Bretagne historique et du pays de la Mée.
Entourée d'un paysage à dominante rurale, elle s'est développée autour de son château qui fut le théâtre de combats liés à l'affrontement entre la Bretagne et la France.Ce château est le principal attrait touristique de la ville

Le château


Le château médiéval



Le château renaissance
un lieu d'expositions





"La carrière des fusillés"

La carrière des Fusillés est la sablière, située dans la commune de Châteaubriant, en Loire-Atlantique (à l'époque Loire-Inférieure), où vingt-sept prisonniers du camp de Choisel ont été fusillés par les nazis le 22 octobre 1941 en représailles à la mort de Karl Hotz, un lieutenant-colonnel (Oberstleutnant) de l'armée de terre allemande.
Notoirement connu, cet endroit de mémoire est extrêmement difficile a localiser, pas de balisage, pas de parking pour les vehicules ... Il faudra qu'on m'explique !!!...





... en 2018 ...



SETE

Sète — écrit Cette jusqu'en 1927 — (Seta en occitan) est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie. Elle appartient à la communauté d'agglomération Sète Agglopôle Méditerranée.
Par sa population, Sète est la 146e commune de France, et la troisième de l'Hérault. Son agglomération, ou unité urbaine est, avec 91 508 habitants, la deuxième du département.
Appelée l'île singulière (expression due à Paul Valéry) Sète a vu naître des artistes comme Paul Valéry, Georges Brassens, Manitas de Plata ou Jean Vilar.
Elle est parfois surnommée la « Venise du Languedoc » pour son canal et sa situation particulièrement privilégiée sur un promontoire, agrémentée d'un littoral de sable fin, qui contribuent à faire de Sète une villégiature prisée. Enfin, son port de pêche et ses diverses activités maritimes ont permis à cette ville de prospérer malgré la dure concurrence des autres ports méditerranéens.
Commencée en 2016, mon escapade Sétoise c'est poursuivie cette année et, mon album c'est enrichi de quelques nouvelles photographies ... à découvrir ci-dessous.

Sète en images...

vues génerales



le "cimetiere marin" et ses deux hôtes illustres


La tombe la plus célèbre du cimetière Le Py (anciennement dénommé « cimetière des pauvres »)


la Chapelle Notre Dame de la Salette et les fresques de Jacques Bringuier, artiste peintre contemporain.





ARLES

Arles est une commune du département des Bouches-du-Rhône, en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Il s'agit de la plus grande commune de France métropolitaine avec quelque 75 893 hectares de superficie (malgré plusieurs déductions successives)1. La ville est traversée par le Rhône et se trouve entre Nîmes (à 27 km à l’ouest) et Marseille (à 80 km à l’est). Le nom d’Arles dérive d’Arelate, mot d’origine celtique signifiant lieu situé près de l’étang, par référence aux terrains marécageux qui entourent la cité. Durant l'âge du fer (VIIIe siècle avant J.-C.), Arles constitue l'un des principaux oppida de la Celtique méditerranéenne. Cette ville, dont les habitants sont appelés Arlésiens, a en effet plus de 2 500 ans. Des monuments remarquables ont été construits pendant l’Antiquité à l’époque romaine, comme le théâtre antique, les arènes, les alyscamps ou encore le cirque romain. En 2008, le plus vieux buste connu de Jules César a été découvert dans le Rhône. En raison de son important patrimoine, la cité est classée ville d'art et d'histoire et ses monuments romains et romans sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité depuis 1981.

Arles à travers l'objectif de Lucho...

Sculpture dans le hall du palais archiépiscopal, Cloitre Saint Trophime (XII° et XIV° siècles) et Primatiale Saint Trophime (XII° siècle



obélisque et Hôtel de Ville



Théatre Antique



L'Amphithéatre (les Arènes)



le nord de la ville vu des arènes



Eglise Saint-Martin



le Rhône et les Termes de Constantin



Espace van Gogh (médiathèque)



Chapelle de la Charité





Perigueux

Je ne vais pas vous faire un cours magistral sur Périgueux , le site que vous pouvez visiter en cliquant ici

la visite de Lucho....:
Comme toutes ses homologues de province, Périgueux n'échappe pas au phénomène qui transforme, hors saison touristique, ces capitales régionales en villes mortes ... le Dimanche ! Heureusement, le marché dominical, autour des halles couvertes, permet aux visiteurs éventuels de déjeuner dans de petits restaurants forts sympathiques regroupés autour de cette place qui sera le point de départ de notre visite qui va epouser une partie du circuit "médiéval / renaissance".
L'office du tourisme a balisé ce circuit et édité un plan-guide
La légende de mes photos vous permettra de les situer sur ce guide.

Ville médiévale - Renaissance

(04) Rue Aubergerie


(09) Place Saint-Louis


(10) Rue Limogeanne


(11) galerie Daumesnil


(13) Rue du Plantier


(16)cathédrale Saint-Front



(20) Rue des Farges


Pont des Barris


L'Eschif de Creyssac


Ville Gallo-Romaine

(1) Amphithéâtre


(4) Chateau Barriere


(5) Vesunna Site Musée Gallo-Romain


(6) Tour de Vésonne


(8) Eglise de la Cité



Brantôme



C'est par le plus pur des hasards que j'ai découvert cette petite cité il ya une trentaine d'annés... C'était en août, la foule était trop dense pour faire une visite intéressante et durant tout ce temps je me suis dit : "retournes y" !!!
C'est aujourd'hui chose faite, alors ensemble découvrons Brantôme



vues "coup de coeur" !!!



Aménagements troglodytiques



Abbaye Saint-Pierre,

(ancienne abbaye bénédictine, fondée par Charlemagne en 769, plusieurs fois détruite, et reconstruite)
L'abbatiale



le Cloitre



le Clocher



le Pont"coudé"



la Porte des réformés (inscrite en 1931)


... en 2017 ...

Limoges

Distante d'un peu plus de 100 km d'Angoulème, la ville de Limoges était un but de visite pour nous qui ne la connaissions point. Las, même si le soleil et la chaleur étaient de la partie, nous n'étions qu'en mars et un dimanche de surcroit !
Notre visite, impromptue, fut-elle mal préparée ? Peut-être, toujours est-il que nous faillimes mourir de faim et de soif, car les très rares bars, cafés et restaurants que nous avons pu apercevoir lors de notre déambulation à travers différents lieux dits "touristiques", étaient désespérément clos... C'est finalement du buffet de la gare des bénédictins, un édifice par ailleurs remarquable que vint notre salut!!!
Substantés et abreuvés, nous avons quitté la ville pour une destination très différente.




Oradour sur Glane



Ce nom ne dit peut être rien à certain d'entre vous, mais pour la génération dont je suis, il évoque un épisode de l'histoire qui fait partie de "mon devoir de mémoire" aussi, il était impensable que je ne m'arrêta point à Oradour sur Glane.
Ce que j'ai vu et ressenti :
Cela vous saisi au détour d'un virage, en plaine campagne. Vous ne voyez qu'un mur en pierres, tel le rempart d'une cité médiévale mais lorsqu'on longe ce mur, on se rend vite compte qu'il ne protège qu'un village en ruine...
l'un des parking est situé entre les deux Oradour, car à quelques centaines de mètres de la cité martyre un nouveau bourg vit et veille sur l'Oradour anéantie.
Il n'éxiste qu'un seul accès au site, c'est un passage souterrain au départ du Centre de la mémoire
Ce qui me frappe lors de mon entré dans le village, c'est le silence et la propreté du lieu, il y règne cette ambiance de cimetière non pas glauque ou triste mais sereine et mélancolique.
Je ne peux m'empêcher d'imaginer ce qu'était la vie ici le 9 juin 1944, veille du jour funeste.
Il devait faire chaud et comme aujourd'hui le ciel de printemps était bleu, tout allait bien dans cette campagne limousine pourtant en guerre. C'était la vie. Que c'est il dont passé pour que je marche au milieu des rues sans crainte des voitures, celles que je vois sont des carcasses rouillées et calcinée, il n'y a plus de tramways, juste des rails et des caténaire. Pas un rire d'enfant, pas un cri.
Alors j'essaie d'imaginer l'arrivée des bourreaux, les hurlements, le bruit des balles le crépitement des flammes, les explosions, la fumée. C'et tellement difficile à croire tant, maintenant, tout est calme, lisse, presque manucuré. Quel contraste entre le décor que j'ai sous les yeux et la fureur, la barbarie qui l'ont généré...
Je quitte le vilage serein, rasséréné car j'ai vu que tout est fait ici pour que la mémoire ne s'efface pas mais d'une manière sobre qui n'appelle ni haine ni vengeance mais recueillement et méditation.
Pensez vous que les photos que j'ai faites, à voir en bas de page, illustrent mon propos ?

>

Confolens

Je suis venu à Confolens en 1971, pour assister au célèbre Festival de Confolens; je n'y était jamais revenu mais ce nom trottait toujours dans ma tête si bien que je n'ai pas manqué l'occasion de vérifier que 46 ans plus tard rien n'avais changé dans ce bourg paisible et reposant hors période festivalère !

CONFOLENS


Bordeaux

J'ai rencontré la ville de Bordeaux pour la première fois en 1966, ce fut une brève rencontre qui se limita à un intermède à la gare Saint-Jean...
Ca, c'est pour la petite histoire, j'y suis retourné dans les années 80 pour des raisons professionnelles, mais c'est seulement il ya deux ans, grâce à nos amis Annie et Gérard qui vivent à Cazaux que j'ai découvert la richesse patrimoniale de la capitale d'Aquitaine.
les photos de Lucho>
Elles sont dans la galerie, de gauche à droite :
La Cour Mably (photos 1 à 5), l'Église Notre-Dame(photo 6), Le Grand Théâtre (photo 7), la Tour Pey-Berland (photos 8 à 10) et la Cathédrale Saint-André (photos 11 à 15), place de la Comédie (photo 16), un bistrot sympa! (photo 17), la Place de la Bourse (photo 18 et 19), la Cité du Vin (photo 20), le Pont Jacques-Chaban-Delmas (photos 21 et 22)
pour tout savoir sur ces lieux ou monuments,cliquez ici.



Arcachon

Entre Lucho et Arcachon, c'est l'histoire d'une amitié de plus de 40 ans !!! Je ne m'etendrais pas sur le sujet, sachez seulement que c'est en 1972 que pour la première fois, j'ai découvert cette petite ville qui, contrarement à la majorité des cités balnéaires, n'entre pas en hibernation.
Aujourdhui, j'ai "navigué" sur le bassin à la découverte des "cabanes tchanquées" de l 'île aux oiseaux, la dune du Pilat et la presqu'ile du cap Ferret ... une "première" géniale !!!



Photos insolites
Connaissez vous ces lieux, maisons, monuments , etc ...?

La règle du jeu ...

J'ai découvert des maisons, des rues des objets etc. Je les ai photographiés, et je me suis renseigné sur leurs identités.
Saurez vous les identifier et les situer ?
Découvrez la solution en cliquant sur "Réponse"....
Bonne découverte !!!

C'est à Nantes intra muros...