... Que vive ... la 10 ème édition !!!

comment parcourir cette page ?

Elle est le reflet du parcours .... Chaque étape est illustrée par une miniature représentant , au mieux, le centre d'intérêt.
lors de sa découverte du parcours , Lucho "filme" et photographie... Les vidéos ainsi que les photos sont intégrées dans le texte .

Nota :


Certains n'auront pas envie de poursuivre la découverte du VAN sur mon site et préfereront parcourirle guide officiel du voyage.
j'ai télécharger ce document ... à leur intention !!!! Cliquez sur l'image!

le parcours en ville
ne sont présentées ici que les nouveautés 2021 à découvrir.
(les repères apparaissent en rouge sur la carte et dans mon texte...)


itinéraire van 2021




Repère 1 : GARE SNCF DE NANTES
"NANTES ICI NANTES"
MRZYK & MORICEAU

Nantes ici Nantes se découvre sur un large écran dans la mezzanine de la gare. Avec le vocabulaire graphique pop et haut en couleurs qui caractérise leur travail, Mrzyk et Moriceau proposent aux usagers de la gare un film qui s’apparente à un voyage, à une odyssée poétique, à un film-songe : un personnage aux possibilités métamorphiques infinies explore par tous les moyens possibles la ville et découvre, entre deux plantes extraordinaires, des architectures chimériques et des anatomies mutantes, le patrimoine matériel et immatériel nantais.

Repère 2 : Le lieu unique
"UFA – université des futurs africains"

L’exposition UFA – Université des futurs africains invite des artistes du continent qui, à partir d’une approche critique de la notion de futur, se demandent de quels savoirs et de quelles histoires nous avons besoin pour imaginer les mondes de demain.
Quelle place le continent africain a-t-il occupée dans l’élaboration de discours qui se sont présentés comme des récits du futur ? quels imaginaires de l’afrique ont été mobilisés ?
En remontant le temps par le biais d’enquêtes minutieuses, ces artistes revisitent des expériences futuristes en lien avec l’afrique et convoquent les mythologies des origines pour inventer des alternatives. Héritier·ère·s du panafricanisme et du numérique, elles et ils soulèvent des questions très contemporaines liées à l’écologie, au soin, aux luttes d’émancipation, imaginent des présents alternatifs ou encore repensent l’articulation entre sciences, information et spiritualité.



"DEMI-VIE"
Aram KEBABDJIAN et Stéfane PERRAUD

Dans un avenir supposé, une forêt bleue, merveilleuse mais aussi effroyable, a pris place dans le paysage, au-dessus d’un site d’enfouissement de déchets radioactifs…
A la fois documentée et fictionnelle, l’exposition Demi-vie déplace le visiteur à quelques milliers d’années du temps présent.
L’auteur Aram Kebabdjian et l’artiste Stéfane Perraud explorent la réalité et projettent un imaginaire autour de l’âge nucléaire par le biais de documents d’archives, d’une vidéo sur un site d’enfouissement, de mystérieuses sculptures et d’une installation de réalité virtuelle : Zone bleue.
On croise dans l’exposition un tunnel souterrain foré par des machines, des architectures archaïques issues d’une civilisation disparue… les temporalités se nouent dans une boucle fascinante et vertigineuse.
à l’heure où l’humanité s’interroge sur le destin de ses ruines nucléaires, Demi-vie propose une traversée inquiète des paysages marqués par l’atome.

Salle 1

Archives gamma: Un rouleau d'images de dix-sept mètres de long occupe la première salle. Ces images sont extraites des archives disponibles sur le site www.archivesgamma.fr. À chaque image correspond un chiffre qui renvoie à son cartel sur le mur. Les cartels sont aussi bien des légendes que des micro-histoires à lire pour elles-mêmes . Groupés de man ière chronologique, les cartels déroulent une frise temporelle, faite de blancs et de lacunes comme toute cette histoire visible et invisible du nucléaire.
Massacre du Tritium: Le tritium est une particule élémentaire impliquée dans le Big Bang. Les chercheurs l'utilisent pour réaliser d'hypothétiques centrales à fusion . Trois points de lumière imaginent une cristallographie tritium.
Domaine de chasse: La table des isotopes regroupe tous les éléments chimiques connus . Sur un panneau couleur chair, classés par ordre croissant , ils sont ramassés en une forme d'île traversée en son centre par une « vallée de la stabilité ». De part et d'autre de cette vallée, la matière est radioactive.
Fragment #12 : À Tchernobyl, 500 000 liquidateurs se sont relayés pour décontaminer la zone. À chacun d'entre eux a été remis une médaille figurant une goutte de sang traversée par des rayons alpha , bêta et gamma. Ces répliques en plomb évoquent les tabliers de protection des liquidateurs .
Série Phosphène - Enrico : Enrico Fermi est prix Nobel de Physique. En 1942, il obtient la première réaction en chaîne contrôlée à partir de l'uranium. Cette expérience permit d'étudier la possibilité d'une bombe et d'une centrale atomique. Gravé sur son portrait, l'évocation d'un phosphène, phénomène oculaire associé à la radioactivité dans l'espace.
Nuclear Boy scout : Ancien boy-scout , David Charles Hahn se passionne pour les sciences physiques. À 17 ans, il trouve du thorium dans des lampes à gaz, du radium dans de vieilles horloges et de l'américium dans des détecteurs de fumée. Il entreprend de créer un véritable réacteur dans son jardin. Après un séjour en prison , il s'engage dans l'armée puis développe des moteurs nucléaires pour les avions. En 2007 , il subtilise des détecteurs de fumée pour récupérer de petites quantités d'américium. Quand la police le retrouve, Hahn a le visage couvert de pustules et de points rouges, conséquences de son exposition aux radiations. Le « boy-scout radioactif » meurt à l'âge de 39 ans.



Salle 2

Zone bleue: Depuis la réplique d'un colis de stockage , quatre casques de réalité virtuelle racontent l'histoire à venir d'un paysage implanté au-dessus un site d'en fouissement de déchets radioactifs. 2033 , 2072, 3120 , 10410 , quatre visions , quatre trajectoires, quatre pérégrinations, que deux autres récits , réunis dans un livre , viennent compléter.
160 MA : Dans l'Est de la France, à Bure, un ascenseur remonte le temps. Depuis la surface jusqu'aux couches profondes, à 500 mètres sous terre, il traverse les couches géologiques, pour rejoindre un laboratoire souterrain où l'on élabore le traitement des déchets radioactifs pour les 100 000 ans à venir.
Empyreume : Table alchimique et atomique , recouvertes de branches et de fioles , cette dernière pièce rend hommage à Johann Conrad Dippel (1673-1734 ), théologien, médecin et alchimiste allemand . On lui doit l'inventi on du bleu de Prusse, pigment des peintres et remède universel contre le césium radioactif. Dippel, né dans le château de Frankenstein , inspira à Mary Shelley le personn age du savant Victor Frankestein pour son roman, Frankenstein ou le moderne Prométhée.



Repère 6 : Chateau des ducs de Bretagne
"Expression(s)décoloniale(s)#2"
Romuald Hazoumè

Expression(s) décoloniale(s) propose aux visiteurs de découvrir des approches historiques et artistiques actuelles sur la traite atlantique. Ainsi, les bidons que Romuald Hazoumè utilise nous renvoient l’image d’un esclave moderne, que l’on use, que l’on déforme, que l’on répare et que l’on jette. Ainsi, les tongs de ceux qui sont partis, ramassées sur les plages, nous donnent à voir ce qui reste de ceux qui, ayant pris la mer sans retour possible, sont devenus, à nos yeux, morts ou vivants, indésirables et invisibles.



Repère 7 : PASSAGE SAINTE-CROIX
"OMBRES BLEUES ET JAUNES"
ULLA VON BRANDENBURG

Utilisant le passage Sainte-Croix dans sa fonction première, lieu de passage au sein de l’un des quartiers les plus anciens de Nantes, Ulla von Brandenburg déploie ses œuvres dans l’ensemble du lieu et en métamorphose le cadre.
Les différents médiums utilisés par l’artiste, vidéos, installations et sculptures, habitent le lieu et se dévoilent au fil de l’exploration de l’exposition.
L’artiste fait se succéder dans l’espace du passage un certain nombre de chapitres, comme différents actes d’une mise en scène dans laquelle le visiteur est invité à déambuler et poser son regard.

Blaue und Gelbe Shatten I
tissus teints, cordes.(dimensions variables et 2 films super 16mm transférés sur hd vidéo.



Blaue und Gelbe Shatten II
tissus teints, cordes, ensemble de sculptures en papier mâché(dimensions variables).


Blaue und Gelbe Shatten III
tissus assemblés, rideaux peints et tissus chlorés, cordes et film super 16mm transféré sur hd vidéo.

Blaue und Gelbe Shatten IV
Scène en bois, tissus teints, cordes.

Repère 11 : TEMPLE DU GOÛT
"THE FAINT HOUSE OF YES"
BIANCA BONDI

Conçus comme des tableaux d’une étrange beauté, ces paysages aux multiples offrandes confirment l’obsession de l’artiste pour les liens qui connectent l’humain aux mondes du vivant et des esprits. Telle une chamane ou une sorcière de notre temps, Bianca Bondi fait du Temple du goût son autel pour un culte inconnu.
Bianca Bondi s’inspire de la présence/absence de l’eau dans la ville, de l’activité portuaire du fleuve et des échanges avec d’autres mondes. La cérémonie chimique de The Faint House of Yes embaume chaque espace, chacun consacré à une matière protectrice répondant à un besoin primaire : le sel (manger), la cire d’abeille (se protéger), les herbes aromatiques (boire), l’eau (se laver) et la lumière (rêver).

l'eau (la chambre de l'eau)



la cire(la chambre de cire)


les herbes (la chambre des senteurs)


la lumière (la chambre de la lumière)


le sel (la chambre du sel )

Repère 14 : À PROXIMITÉ DE LA PASSERELLE SCHŒLCHER
"LE NAUFRAGE DE NEPTUNE"
UGO SCHIAVI



Poursuivant sa narration du naufrage de la place Royale , Ugo Schiavi s’attache au personnage de Neptune, figure de proue décrochée de l’impressionnante épave du bateau naufragé.
Ce personnage, disparu sous la coque du bateau, est ainsi échoué, quelques centaines de mètres plus loin, sur les bords de Loire, à proximité immédiate de la passerelle Schœlcher.
Il est soumis aux forces des éléments naturels, protagoniste d’un scénario où l’artiste fait dialoguer mythologie, interprétation, fiction et narration.


Repère 22 : MAISON RÉGIONALE DE L’ARCHITECTURE DES PAYS DE LA LOIRE
"FANTASTIQUE ATLAS"
MARION JAMAULT, NOËL PICAPER



Marion Jamault est illustratrice, Noël Picaper est architecte. Ensemble, ils révèlent les dimensions cachées de l’architecture ordinaire, en développant une démarche ludique et créative. À partir d’une observation attentive des détails et un décorticage méthodique des géométries qui charpentent nos lieux de vie, ce jeune duo propose un Fantastique Atlas.



Repère 28 : PARC DES CHANTIERS -LA GALERIE DES MACHINES
"LE CAMELEON"
LES MACHINES DE L’ÎLE



Deux mètres de long pour 150 kilos... Petit dernier de la famille des Machines de l'île, le caméléon géant fera son apparition en public le 22 mai. C'est à 2,50 mètres de hauteur, la queue enroulée autour d'une branche, qu'il sortira de son sommeil, se redressera sur ses pattes ou sortira sa langue pour gober une mouche ! Grâce à des microleds incrustés dans ses écailles, il pourra même changer de couleur pour mieux se fondre dans son environnement !

Repère 32 : Parc des Chantiers - La Cale 2 Créateurs
"double je"
elina Brotherus



la cale 2 fidèle à son ouverture sur laphotographie contemporaine accueillel’exposition Double je d’Elina BROTHERUS.
« il y a des [photographies] trop pleinesd’histoires, tellement lourdes de récitsqu’elles les laissent tranquillement se répandre comme les couleurs s’étalentsur le monde. ces images coulent et,face à elles, nous sommes pris·e·s dansun flot de mots possibles et de mondes cachés. » (émilie Houssa, extraits.)
Hélas, trois fois hélas, la cale 2 n'est pas un lieu d'exposition, surtout photographique!!! c'est un couloir dont le mur exterieur, entierement vitré se reflète sur les oeuvres accrochées sur le mur parallèle, une catastrophe.
Voir la photo ci-contre

Repère 51 : PLACE GRASLIN
"VERSUS"
TITAN -PLAYGROUND 2021



Pour la place Graslin, les architectes s’inspirent du rapport à la forme et à l’équilibre des espaces imaginés par l’architecte Mathurin Crucy, qui dessina la place et le théâtre au 18e siècle, et invitent le public à chausser les patins en installant au centre de la place une piste monumentale dévolue à la pratique du patin à roulettes.
Promeneurs et sportifs sont amenés à se rencontrer autour d’un track (terrain en forme d’anneau de course) dessiné sur la piste. L’occasion de mettre à l’honneur une discipline vive et effervescente : le roller derby.
Les spectateurs pourront prendre place sur des bancs aménagés à la lisière de l’installation, ou sur les marches du théâtre devenues gradins pour une représentation qui se joue en plein air.

Repère 54 : PLACE ROYALE
"LE NAUFRAGE DE NEPTUNE"
UGO SCHIAVI



S’inspirant du récit archéologique d’anticipation Sécheresse (1964) de l’écrivain J. G. Ballard, Ugo Schiavi créé sur la place Royale un fragment de monde, à la lisière des temps passé, présent et futur.
Explorant la symbolique fluviale et maritime de la ville de Nantes – dont la fontaine de la place Royale est elle-même une allégorie dominée par la statue d’Amphitrite, déesse de la mer –, Ugo Schiavi détourne ces symboliques de l’eau, du voyage et de la prospérité et met en scène un véritable naufrage d’un bateau de commerce fragmenté, percé et rouillé.
Submergeant les statues, cette immense carcasse d’acier est traversée par le flux et le reflux de l’eau qui ruisselle et suinte de toutes parts.

Repère 55 : PORTE SAUVETOUT
"UN CASTOR SUR UN ARBRE COUCHÉ"
LAURENT LE DEUNFF



Procédant lui-même avec humour par glissements de temps et de lieux dans son œuvre, Laurent Le Deunff imagine pour ce vestige - une porte de l’enceinte médiévale de la ville de Nantes, conçue dès le 13e siècle - un animal « totem » en la figure d’un castor à queue de poisson, dont il a tiré la représentation d’un livre de médecine du Moyen Âge.
À partir de cette figure du castor dominant son nouveau territoire depuis un arbre échoué, Laurent Le Deunff met en scène une histoire fictive pour ce vestige. Figure anachronique en bronze à la queue argentée – représentation elle-même fictive issue de croyances populaires –, l’artiste propulse l’animal dans un autre cadre temporel et dans un scénario incongru et anachronique.

Repère 56 : L’atelier
"Ça ne m’intéresse pas la nostalgie d’un monde que j’habite déjà"
Benoit Baudinat, anthony Bodin, Julie Maquet, Cendrine Robelin et ariane Yadan


l’exposition collective, qui regroupe les artistes lauréat·e·s du prix des arts visuels de la Ville de Nantes, annonce le début d’une histoire, la volonté de regarder au loin et de considérer la coexistence de mondes pluriels.
Son titre est extrait du texte Bleuets, de Maggie Nelson, qui mêle un ensemble de fragments textuels intimes et théoriques pour déployer une cosmologie d’indices narratifs.
Anthony Bodin, Ariane Yadan, Benoit Baudinat, Cendrine Robelin et Julie Maquet entremêlent la singularité de leurs pratiques, de leurs imaginaires et de leurs engagements, le temps d’un instant, et posent un regard poétique et/ou critique sur nos futurs.
Œuvres, documents, archives, projets et utopies alimentent un récit collectif écrit à douze mains, inclusif, joyeux et intense.

Ariane Yadan

Anthony Bodin

Julie Maquet

Benoit Baudinat

Cendrine Robelin

autres artistes invités

Repère 62 : - JARDIN DES PLANTES "FILILI VIRIDI" JEAN JULLIEN

Les visiteurs ont découvert l’année dernière les quatre premières installations de l’exposition : La Coiffe, Le Ratisseur, Les Enrouleurs et L’Arroseur. Cet été, trois nouveaux personnages viennent rejoindre le groupe : L’Observateur, Le Passeur, Le Siesteur…
Saurez-vous les reconnaitre ?

un peu partout en ville :
DE L’ART DES ENSEIGNES
STÉPHANE VIGNY / QUENTIN FAUCOMPRÉ / PASCAL LEBRAIN / OLIVIER TEXIER / LE GENTIL GARÇON / GRÉGOIRE ROMANET / GAVIN PRYKE / LISA LAUBREAUX / JEREMIE RIGAUDEAU / ÉRIC CROES / MRZYK & MORICEAU etc


En proposant à des commerçants de laisser des artistes réinterpréter leur enseigne, Le Voyage à Nantes implique dans une démarche créative ces acteurs essentiels de la cité. Le long de la ligne verte, une trentaine d’enseignes ont été installées définitivement en cœur de ville depuis 2014.ce sont autant de créations qui mélangent les genres et brouillent la frontière entre parures et devantures, jeux et enjeux de l’enseigne moderne.
lucho : Pour ce voyage je n'ai photographié qu'une seule enseigne ! Elle est de taille puisqu'elle fait la couverture du voyage 2021.

le Voyage Dans le Vignoble...

n'ayant pas fait la totalité du parcours du "voyage dans le vignoble ", je mets à votre disposition le guide officiel. Il suffit, pour le consulter de cliquer sur l'image ci-dessous


Château-Thébaud
"Le Porte-Vue"
Emmanuel RITZ


Le Voyage à Nantes a invité en 2016 l’architecte Emmanuel Ritz à porter un regard sur ce site. Pour ce spécialiste des belvédères en milieu montagnard : « Aménager un belvédère, c’est tout autant mettre en valeur la beauté du paysage vu depuis le promontoire que donner à voir le promontoire lui-même ».
Il propose un porte-vue qui prolonge l’impasse étroite et se caractérise par un changement radical de matériaux. Un aménagement en pente douce le long de cette impasse mène à un ponton en porte-à-faux qui s’élance dans le vide au-delà du promontoire existant.
Plus longue de 20 mètres que l'ancien belvédère, cette flèche audacieuse, qui se tend vers les falaises de granit de l’autre côté de la vallée, permet de dégager intégralement la vue. À mi-chemin du ponton, une partie couverte agrémentée d’un banc invite à s’abriter. Plus loin, le ponton est libéré de la paroi sud pour offrir une vue vertigineuse à 360°.
L’aménagement proposé joue avec la topographie du site et la cassure brusque du plateau nantais au bord de la Vallée de la Maine. Emmanuel Ritz entend domestiquer ce vide, le rendre accessible à tous.

La Garenne -Lemot (Parc)
"Bois de la Gorgone"
Eva JOSPIN





L’artiste se consacre depuis plusieurs annéesau thème de la forêt, qu’elle sculpte en cartonpour faire jaillir ses motifs (tronc, racine, feuillage, branchage).
Ces motifs se trouvent une nouvelle fois au coeur de son projet pour le parc départementalde la Garenne Lemot, le carton sculpté servant cette fois de matrice au moulage d’un ensemble sculptural coulé en bronze. Réalisant pourla première fois une oeuvre monumentale en bronze, l’artiste compose une oeuvre d’oùjaillissent de terre six arbres majestueux au sein d’un réseau de branches et de feuilles entrelacées.
Erreur dans le guide ou ..., je ne sais , mais vous pouvez remarquer que sur les photos que j'ai prises on ne compte que 5 troncs !!!!

La Garenne -Lemot (Dans la villa)
"Comme de longs échos"
Musée Dobrée, Frac des pays de la Loire, Musée d'art contemporain du val de marne

Fidèle à sa vocation première d’accueillir des artistes et des œuvres d’art, le domaine de la Garenne Lemot présente cette année dans la Villa Lemot "Comme delongs échos", une exposition réalisée par le musée Dobrée en collaboration avec le Musée d’art contemporain du Val-de-Marne et le Frac des Pays de la Loire.
Pour cette exposition inédite, le parcours invite à une conversation à travers le temps entre œuvres d’art contemporain(prêtées ou créées pour l’occasion) et objets d’art du passé (collections du musée Dobrée).
Un étonnant écho entre collections d’hier et art d’aujourd’hui.



...Et à Saint-Nazaire !

"Nantes<> St Nazaire estuaire 2021 " est un parcours qui fera l'objet d'une page dans les semaines a venir. En attedant, le guide officiel est a découvrir en cliquant sur l'image ci-dessous
Lucho vous présente uniquement "l'oeuvre 2021" dans le cadre du van.


"Le Pied, Le Pull-over et Le système digestif"
Daniel DEWAR & Grégory GIQUEL

l’œuvre se compose de trois sculptures représentant respectivement un pied, un pull-over et unsystème digestif.
Campées dans le sable et les rochers,les gigantesques figures,constituées de larges blocs de béton, s’élèvent jusqu’à près de sept mètres de haut. Tels des fragments de corps, d’architecture ou demonuments portuaires, elles dressent à l’échelledu paysage le portrait d’une civilisation moderne soumise à l’érosion et à la colonisationdes éléments.
A decouvrir dans le bassin de l’avant-port de Saint-Nazaire.

quelques "vues" de la scène finale....
la fin des aventures de Neptune!

au vu de ces images on porrait penser que le VAN 2021 fut un naufrage !!! Que nenni bien au contraire, et déjà l'equipe du voyage à Nantes est à pied d'oeuvre pour, qu'une fois encore en 2022 se renouvelle la magie du VAN...

retour à "la Gazette du Quai n°36