Ca vaut bien "un clair de lune à Maubeuge" !!!!
Photo de lucho


Cap au sud !!!


Programmée depuis plusieurs mois, notre visite à nos amis "sudistes" vient de se concrétiser, vous trouverez ci dessous quelques images ( ou pas ..) des différentes découvertes de cette balade méditérranéenne.

Nimes

Située à quelques dizaines de kilomètres de la mer Méditerranée et des montagnes des Cévennes, la ville se trouve sur l'axe très fréquenté reliant la basse vallée du Rhône à la plaine languedocienne et sur l'arc méditerranéen entre Marseille et Barcelone. Avec 300 jours de soleil par an, la qualité de vie y est appréciée par les habitants et visiteurs.
La fondation de Nîmes remonte à l'Antiquité. De la période romaine, Nîmes conserve des monuments tels que les arènes, la Maison Carrée ou encore la tour Magne au pied de laquelle se situe le site du sanctuaire de la Fontaine. Ce riche passé antique lui vaut le surnom de « Rome française ». Ville à la fois gauloise, romaine, camarguaise, cévenole, languedocienne, provençale et hispanique, fief protestant depuis le xvie siècle et centre de production de tissus à partir du xviiie siècle, avec notamment la fameuse toile denim, Nîmes possède une culture et une histoire abondantes et reste une ville à forte identité.
La valorisation de son patrimoine historique, culturel et architectural a permis à la ville d'obtenir le label de Ville d'art et d'histoire. Nîmes travaille son dossier de candidature pour l'inscription de la cité bimillénaire au patrimoine mondial de l'UNESCO.

L'église Saint-Baudile

C'est un édifice de style néo-gothique, réalisé entre 1867 et 1877 en pierre de Beaucaire et dédié à saint Baudile. Elle possède deux clochers surmontés de hautes flèches. Elle est la plus spacieuse église de Nîmes. La longueur de la nef est de 65 m, la largeur au transept de 30 m et la hauteur sous voûtes de 20 mètres. En façade, les flèches sont hautes de 70 mètres.
Comme pour l'église Sainte-Perpétue, le monument nécessiterait une importante campagne de restauration.




la porte d'Auguste

De l'antique enceinte augustéenne, deux portes de villes nous sont parvenues : la porte d'Auguste et la porte de France (16-15 av. J.-C.). Dite également « porte d'Arles », la porte d'Auguste est une des principales portes de l'époque romaine de la ville. Elle s'ouvrait sur la Voie Domitienne et faisait partie des remparts. D'après certains érudits, une borne milliaire y fixait le point de départ de la Voie Domitienne de Nîmes à Beaucaire. Elle fut redécouverte au moment de la démolition du château royal durant la période révolutionnaire et échappa de peu aux coups de pioches. Elle était flanquée à l'origine de deux puissantes tours. On notera, à cet effet, que la ville antique était entourée d'une muraille autant défensive que symbolique de la puissance de la cité.




L'esplanade Charles-de-Gaulle, l'église Sainte-Perpétue-et-Félicité et la fontaine Pradier

L'église Sainte-Perpétue-et-Félicité est représentative du mouvement éclectique, à tendance néo-gothique, style de rigueur sous le Second Empire. Elle fut édifiée entre 1854 et 1865 sur les plans de l'architecte Léon Feuchère et sur l’emplacement de l’ancien couvent des Capucins. La hauteur des voûtes intérieures sur croisées d'ogives est de plus 20 mètres et l'intérieur de l'édifice, pouvant contenir 1 200 personnes, mesure 45 mètres de long par 20 mètres de large. Remarquer l'étonnante présence d'arcs outrepassés sur les bas-côtés. Le clocher, qui est le plus haut de la ville, s'élance à 71 mètres au-dessus de l'esplanade au niveau du sommet de sa grande croix en fer.
la fontaine Pradier, inaugurée en 1851, est l'œuvre du sculpteur James Pradier et de l'architecte Charles Questel, auteur de l'église Saint-Paul. La figure féminine monumentale représente la ville de Nîmes (une des toutes premières représentations allégoriques de ce type en France) couronnée des arènes et des colonnades de la Maison Carrée, celles du palais de justice et de l'ancien théâtre. Elle est entourée de personnages symbolisant les cours d'eau importants pour la ville ; le Gardon, le Rhône, la fontaine d'Eure (source d'Uzès, point de départ de l'ancien aqueduc romain) et la fontaine de Nîmes.
La fontaine en marbre est au centre de l'esplanade Charles-de-Gaulle qui est une place majeure du centre-ville, à mi-chemin entre la gare et les arènes.
Son premier aménagement remonte au xvie siècle. De nombreux embellissements y furent apportés au cours des siècles qui suivirent et plus particulièrement au xixe siècle. L'esplanade est dominée, à l'est, par la haute flèche néogothique de l'église Sainte-Perpétue, au nord-ouest par le palais de justice avec sa puissante colonnade puis, en arrière, par les imposantes arènes romaines.





Les arènes

Ce monuments figure aujourd'hui parmi les mieux préservés au monde dans sa catégorie. Construit à la fin du ier siècle apr. J.-C., l’amphithéâtre mesure 133 mètres de long et 101 mètres de large. La façade, haute de 21 mètres, est composée de deux niveaux de 60 arcades chacun. À l’intérieur, près de 25 000 spectateurs pouvaient assister aux combats d’animaux et de gladiateurs.
Une légende affirme qu'un tunnel relierait les arènes de Nîmes à celles d'Arles (à 25 km). Ce tunnel traverserait ainsi le Rhône. En réalité, de nombreux tunnels existent sous les arènes, correspondant à un système très perfectionné d'égouts romains.





Aujourd’hui, les arènes de Nîmes, lieu de prestige, se transforment régulièrement en une grande salle de spectacle où artistes nationaux et internationaux viennent se produire. Elles constituent de même le cœur des ferias de Nîmes, où des corridas réunissent des milliers de spectateurs venus du monde entier.


Un vaste programme de sauvegarde et de restauration de la totalité du monument est peu à peu réalisé, tant pour l'ensemble des façades extérieures (120 arches reparties sur deux niveaux) que pour le lourd et très problématique traitement de l'étanchéité interne. Ce programme devrait durer de longues années étant donnée l'importance de l'édifice.

En poursuivant notre déambulation nous nous sommes arrêté devant le palais de justice, un imposant monument néo-classique édifié de 1836 à 1846 par l'architecte Gaston Bourdon. Il possède une puissante colonnade donnant sur l'esplanade, largement inspirée par la Maison Carrée et récemment restaurée. Un peu plus loin, sur la place de l'hôtel de ville, "le Mandarin" égrene les heures au sein de l'ancien hôtel Méjean.


Marseille

Marseille (en occitan provençal : Marselha) est une commune du Sud-Est de la France, chef-lieu du département des Bouches-du-Rhône et préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Plus ancienne ville de France, fondée vers 600 av. J.-C. par des marins et des marchands grecs originaires de Phocée (aujourd'hui Foça en Turquie, près d'Izmir) sous le nom de Μασσαλία / Massalía), Marseille est depuis l'Antiquité un important port de commerce et de passage. Elle connaît un essor commercial considérable pendant la période coloniale et plus particulièrement au cours du XIX ème siècle, devenant une ville industrielle et négociante prospère.
Héritage de ce passé, le Grand port maritime de Marseille (GPMM) et l'économie maritime constituent l'un des pôles majeurs de l'activité régionale et nationale, et Marseille reste le premier port français, le deuxième port méditerranéen et le cinquième port européen.

Sa situation privilégiée en bordure de la Méditerranée permettant l'arrivée de nombreux câbles sous marins fait également de Marseille le neuvième hub de connexion au réseau internet mondial avec une des plus fortes croissances mondiales sur ce secteur.
L'ouverture de Marseille sur la mer Méditerranée en fait depuis ses origines une ville cosmopolite marquée par de nombreux échanges culturels et économiques avec l'Europe du Sud, le Proche-Orient, l'Afrique du Nord et l'Asie. Elle est d'ailleurs souvent considérée, depuis le XVIIème siècle, comme la « Porte de l'Orient » sur le littoral méditerranéen français.

la cathédrale Sainte-Marie-Majeure

La cathédrale Sainte-Marie-Majeure, dite La Major, est la cathédrale catholique de l'archidiocèse de Marseille. La Major est construite entre 1852 et 1893 sur les plans de l'architecte Léon Vaudoyer. Située dans le quartier de la Joliette dans le 2e arrondissement, elle se dresse sur l'esplanade Jean-Paul II, entre le Vieux-Port et le port de la Joliette, sur l'emplacement de l'ancienne cathédrale du XIIème siècle, d'où vient le nom occitan de « Major ».
Structurée comme un édifice tripartite composé d’un portique monumental encadré de deux tours, d’une nef imposante et d’un massif groupant les sanctuaires, la cathédrale forme un ensemble architectural extraordinaire, qui n’a pas eu d’équivalent dans tout le XIXème siècle. Son architecture et sa décoration intérieure, en marbre et porphyre, lui donnent un aspect particulier pour un édifice religieux.
Depuis le Vème siècle, plusieurs édifices religieux se succèdent à cet emplacement. La cathédrale actuelle, la nouvelle Major, s’élève à l'ouest des vestiges de l’ancienne cathédrale romane, la vieille Major. Mais les destructions et les fondations nécessaires à l’implantation de la nouvelle cathédrale ont révélé l’existence d’une troisième église paléochrétienne et du plus grand baptistère des Gaules établis sur le même site.
La nouvelle Major est, avec la cathédrale de Gap ou celle de Belley, une des rares cathédrales édifiées en France au XIXème siècle, où l'on n'en avait pas construit depuis un siècle. Édifiée entre 1852 et 1893, elle est considérée comme l’une des plus grandes cathédrales bâtie depuis le Moyen Âge. Elle a été classée monument historique par arrêté du 9 août 1906.
Avec son appareillage de pierres alternativement vertes et blanches, cet édifice d’inspiration byzantine (emploi de la mosaïque, des coupoles) juxtapose des éléments romans et gothiques. Ses dômes et ses coupoles rappellent ceux des églises d'Istanbul.

Les matériaux utilisés pour la construction de cette cathédrale sont très variés : pierre verte de Florence, marbre blanc de Carrare, pierres de Calissane et du Gard, onyx d'Italie et de Tunisie, mosaïques de Venise.
La décoration intérieure est en marbre et porphyre, inspirée par le style byzantin. Les coupoles et les balustrades sont décorées avec des éléments empruntés aux cathédrales de Lucques et de Sienne. La nouveauté du décor tient surtout à l'importance des cycles de mosaïque.

J'ai noté deux "détails" interessants le positionnement particulier de certains tuyaux d'orgue et ... une crèche provencale dont vous reconnaitrez j'en suis sur au moins l'un des santons !!!



Le MUCEM

Le Mucem comporte en réalité trois sites distincts : le J4, le fort Saint-Jean et le Centre de Conservation et de Ressource. Le nouveau bâtiment de Rudy Ricciotti sur le J4 et le fort Saint-Jean, situés en bord de mer sont reliés par une passerelle de 130 m de long qui enjambe une darse. Une autre passerelle, approximativement de même longueur, relie le fort Saint-Jean à l'esplanade de la Tourette.
Le J4
« Un bâtiment de pierre, d’eau et de vent», a été réalisé par l'architecte Rudy Ricciotti associé à Roland Carta et mis en lumière par Yann Kersalé. Ce nouveau bâtiment, construit entre novembre 2009 et juin 2013, est situé sur l'ancienne jetée no 4 du port (d'où son surnom de môle J4). Il est conçu comme un cube proposant une surface de 16 500 m2 au sol sur plusieurs niveaux et accueille les expositions permanentes et temporaires du musée sur deux niveaux.
Le bâtiment en lui-même possède des caractéristiques architecturales complexes. C'est un cube de 72 mètres de côté à l'apparence rendue singulière par la résille de béton qui ceint les façades. Le bâtiment est soutenu par 309 piliers moulés en béton fibré ultra-hautes performances (BFUHP), le même matériau composant les deux passerelles sur vérins. L’ambition architecturale du Mucem était d’expérimenter les qualités de ce matériau à l’échelle d’un bâtiment de 72 mètres de côté sur 18 de hauteur. Deux rampes extérieures s'élancent depuis le rez-de-chaussée et ceignent le bâtiment jusqu'à la terrasse, permettant une promenade libre tout autour du cube de verre.





COSQUER MEDITERRANEE
(La Grotte Cosquer)

Cosquer Méditerranée est un centre d'interprétation situé à Marseille, à la Villa Méditerranée.
Ouvert au public le 4 juin 2022, il abrite une réplique partielle de la grotte Cosquer et de ses œuvres pariétales les plus marquantes.
Pourquoi ce site ?
La Grotte Cosquer n’est pas accessible au public. Son unique entrée sous-marine par siphon est difficile et dangereux et obturé par une grille pour empêcher les accidents mortels de plongée comme celui survenu en septembre 1991 et qui a fait 3 victimes.
En outre, l'élévation du niveau de la mer et la pollution marine détériorent ce patrimoine archéologique unique.
Cette réplique partielle contribue à pérenniser sa mémoire et au grand public d'en prendre connaissance. Ce site culturel représente également un atout touristique pour la ville de Marseille.
C'est la société Kléber Rossillon qui a déjà réalisé et gère la réplique de la grotte Chauvet qui a réalisée le travail de reconstitution de la grotte Cosquer
La visite
le bâtiment du centre Cosquer Méditerranée comprend trois niveaux aménagés.
À l’entrée est amarrée une réplique du Cro-Magnon, le bateau d’Henri Cosquer, le plongeur qui a découvert et signalé l'existence de la grotte en 1991.
C’est au sous-sol que se situe la réplique de la grotte et des œuvres pariétales.
la visite, d’une trentaine de minutes, se fait à bord de modules d'exploration, sorte de nacelles mobiles circulant à l'horizontale et pouvant accueillir jusqu'à 6 personnes. Ces modules, également orientables en fonction de la position des répliques des oeuvres pariétales, permettent aux visiteurs de les admirer sous différents angles tout au long du cheminement.
Note : les photos sont interdites a l'intérieur de la grotte .
À l’étage, au niveau du porte-à-faux, se trouve la Galerie Méditerranée, un espace présentant un bestiaire et des animations pédagogiques sur l'élévation du niveau des mers et les effets du réchauffement climatique.

sur l'esplanade du J4... le fort St Jean (le vieux port en arriere plan), le fort St Nicolas / d'Entrecasteaux


Les Docks

LA NAISSANCE DES DOCKS
Les Docks sont le symbole de la période d’expansion et de prospérité qu’a connu Marseille au XIX ème siècle. Leur construction correspond à une extension du port vers le nord. Le style choisi est directement inspiré des docks de Londres. Mais présente une particularité assez unique. Le complexe comprend 4 entrepôts autour de quatre cours, pour symboliser les quatre saisons. Les 52 portes correspondent au nombre de semaines, et il y a sept niveaux correspondant au nombre de jours dans une semaine. L’ensemble du bâtiment fait 365 mètres de longueur, comme le nombre de jours dans une année. L’ensemble de l’édifice reste fonctionnel jusqu’en 1988, date où l’activité industrielle des docks est arrêtée et les locaux sont laissés à l’abandon.
LES DOCKS VILLAGES
Les travaux de réhabilitation démarrent en 1992. Les Docks de Marseille sont ouverts le 10 octobre 2015 et inaugurés le 4 décembre 2015. Une clientèle « haut de gamme » de dix millions de visiteurs par an était attendue. L’intérieur des Docks est aussi beau qu’atypique. Les cinq bâtiments de briques sont séparés par quatre atriums qui constituent de vraies loggias entre des murs de 30 mètres de haut.L’ouverture est au centre du projet, les fenêtres ont été agrandies, une partie du toit a été remplacée par des verrières créant des atriums. Une rue intérieure permet de circuler d’un bâtiment à l’autre, les cours intérieures sont mises en valeur, des bassins font leur apparition.

Hélas, deux ans plus tard, malgré son voisinage avec les Terrasses du Port (centre commercial moderne),c'est la déconvenue: une quinzaine de commerce ont fermé, les autres se plaignent de la gestion du centre.
Le renouveau viendra peut être du fait que la société Pernod Ricard France occupe près de 7 700 m² dans l’emblématique bâtiment des Docks où transitait autrefois l’anis étoilé, débarqué des cargos dans des sacs de jute. Une « Maison de l’anis » a ouvert ses portes en 2021, toujours aux Docks, pour faire (re) découvrir les saveurs de l’anis aux Marseillais et aux touristes au travers d’expériences innovantes, audacieuses et uniques.



... a deux pas, la tour CMA-CGM.

La Tour CMA CGM conçue par l'architecte Zaha Hadid dans un style déconstructiviste, abrite le siège social de la CMA CGM.
Avec ses 147 mètres, elle est le 1er immeuble de grande hauteur (IGH) à usage de bureau de la ville et la troisième plus haute tour de province après les tours Incity (202 mètres) et Part-Dieu (165 mètres) toutes deux à Lyon.
L'immeuble comprend au total 53 000 m 2 de surface vitrée ; 65 000 m3 de béton ont été nécessaires, soit 168 000 tonnes. L'ossature de la tour est composée de 1 172 poteaux en béton érigés depuis le sol. Tous les poteaux ont des inclinaisons différentes, le béton qui les compose a été spécialement conçu pour la structure de cette tour ; en effet, elle doit supporter des contraintes spécifiques dues au choix architectural et à l'emplacement du bâtiment. La structure doit en outre résister à des vents supérieurs à 200 km/h



Villeneuve - lez - Avignon

l'aparté Avignon

Il n'était pas possible d'occulter totalement Avigon en séjournant à Villeneuve ! Aussi, une agréable promenade m'a permis de photographier le Palais des Papes et le Théatre..

Un bref aperçu...

Villeneuve-lès-Avignon ou Villeneuve-lez-Avignon est une commune française située dans l'est du département du Gard, en région Occitanie. La ville est limitrophe d'Avignon et fait partie du Grand Avignon.
Après 1181 et avant 1200, une muraille est construite autour du village, qui devient un castrum, probablement en liaison avec la construction du pont sur le Rhône (achevé en 1185), les habitants de Saint-André voulant se protéger des Avignonnais.
L'installation en 1316 à Avignon de la papauté a d'énormes conséquences sur la ville naissante qui va recevoir les villégiatures des cardinaux et des souverains pontifes.
Quatorze palais sont construits à Villeneuve, dont l'emprise des domaines marque aujourd'hui encore la physionomie de la cité. Certains sont des manoirs de campagne (palais de Montaut, de Montolivet) construits dans les collines, d'autres sont des palais urbains (palais de Via, du Pouget, de Canilhac, de Thurry) élevés à la lisière de la ville neuve. La création d'un pont en 1820 puis l'arrivée du train va favoriser les échanges et stimuler l'économie : une agriculture prospère, un réseau dense de petites fabriques font de Villeneuve une bourgade débordant d'activité.
Ses trésors artistiques attirent de nombreux esthètes, artistes, peintres et écrivains.La ville sera ensuite le sujet privilégié des peintres de l'École d'Avignon du début du XXème siècle.
Comme les cardinaux du xive siècle, les familles de la bourgeoisie avignonnaise établissent leurs villégiatures dans les collines de Montaut, où ils jouissent de la plus belle vue qui soit sur Avignon, tandis que les classes moyennes apprécient la tranquillité de leurs mazets de Candau.

La collégiale Notre-Dame



La chartreuse

La chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction est une ancienne chartreuse datant du Moyen Âge, La chartreuse fait l'objet de multiples protections au titre des Monuments historiques, notamment le classement sur la liste de 1862.
C'est aujourd'hui un édifice à vocation culturelle.
A l'époque, c'est la chartreuse la plus riche du royaume La générosité de la famille des Aubert permet à la communauté cartusienne d'accéder à la richesse. D'autres grandes familles locales font également don à la chartreuse de terres et de bâtiments.
Les ordres monastiques ayant été supprimés par la loi de février 1790, le monastère est confisqué puis mis en vente et adjugé le 17 mars 1793 pour 103 000 francs à André Dufour de Pujaut qui n'arrive pas à en acquitter le prix. Le monastère est alors divisé en dix-sept lots et vendu au cours d'une deuxième adjudication qui a lieu le 20 juillet 1794. Les bâtiments sont alors transformés en maison d'habitation ou utilisés à des fins agricoles ou d'élevage9. Il se forma ainsi une sorte de cité à l'intérieur de Villeneuve-lès-Avignon. Dès lors, les lots ne vont cesser de se morceler en de nombreuses parcelles. Ainsi à la fin du XIXème siècle, on compte sur l'ensemble des quinze hectares 286 parcelles dont plus de la moitié à l'intérieur de l'ancienne clôture.
En 1909, l'architecte Jules Formigé est chargé par les monuments historiques d'effectuer un relevé des bâtiments et entreprend les premiers travaux. L'État mettra plus de quatre-vingt ans pour acquérir les différentes parcelles les unes après les autres. Enfin En 1973, la chartreuse devient un centre culturel de rencontre avec la création du Centre international de recherche de création et d'animation (CIRCA).
Le portail monumental
En 1649, un projet de portail monumental, envisagé quatre ans plus tôt pour la chartreuse, est finalement réalisé par l’architecte François de Royers de la Valfenière. En 1660, Louis XIV, le franchit en grand cérémonial lorsqu'il se rend en visite à la chartreuse accompagné d'une nombreuse suite, dont le cardinal Mazarin.




Fort & Abbaye Saint- André
Le fort Saint-André vue depuis la plaine de l'abbaye




Notre séjour etant bref, c'est le seul monument que nous ayons visité... et encore! partiellement car nous n'avons pas pu voir l'abbaye !!!
un peu d'histoire ...
Le fort Saint-André est une enceinte fortifiée établie sur le mont Andaon qui domine Villeneuve-lès-Avignon.
La fortification du Mont-Andaon lui-même est entreprise sous Jean II le Bon. Elle doit affirmer la puissance royale face aux terres de l'Empire et des papes d'Avignon. Le fort est également destiné à protéger l'abbaye bénédictine du xe siècle et le bourg Saint-André dont l'existence, sur le mont Andaon, est attestée depuis le Xème siècle.
Le fort et le mur d'enceinte qui entoure l'abbaye ont été construits en plusieurs étapes durant la deuxième moitié du XIVème siècle. Le fort Saint-André, tel que nous le connaissons aujourd'hui, a eu comme dernier architecte Jean de Loubières, dit Jean de Louvres, l'architecte du palais des papes d'Avignon. Il a terminé l'actuelle construction sur ordre de Charles V. Depuis, le fort a été constamment occupé par une garnison jusqu'à la Révolution française.











visite du fort ...
Le fort Saint-André est constitué d'une enceinte fortifiée, flanquée de tours et d'un châtelet d'entrée, encadrée par deux tours jumelles,


les n° sur les photos correspondent aux n° figurants sur le plan.


"Vol du Grand Héron"

entre les Nefs et l'école Aimé Césaire - Bd de la Prairie au Duc - Parc des Chantiers - 44200 - Ile De NANTES
samedi 22 octobre 2022 à 16h.

Rendez-vous pour l'envol du Grand Héron !!!
Il a eu foule, ce samedi 22 octobre, pour assister au premier vol embarqué du héron imaginé par la Compagnie des Machines. Après l’abandon du projet par Nantes métropole, plusieurs milliers de personnes sont venues admirer l’oiseau géant de l’Arbre aux hérons qui a pris son essor, sous les applaudissements et les acclamations.
Ses créateurs en ont profité pour expliquer au public leur travail, leur déception, mais aussi la suite de l'histoire. .Ils ne renoncent pas à poursuivre l'aventure et espèrent que grâce à des financements privés, le héron prendra bel et bien son envol.
vivez ces instants magiques avec la vidéo de Lucho.


"le mystère de la présence d’une absence"
Samuel Lalier

Super Galerie, PLACE FÉLIX FOURNIER - 44000 - NANTES
DU 11 OCTOBRE AU 14 NOVEMBRE

SUPER Galerie est un objet super nomade et super modulable, pour en saisir le concept, cliquezici, cherchez "super galerie dans la page.
Les paysages de Samuel Lalier représentent des univers post-apocalyptiques. Sa peinture est constamment sous tension. Nous n’arrivons pas à déterminer si la tempête est à venir ou si elle est passée.
À la manière des romantiques allemands, seuls les troncs, feuillages, ou écorces restent perceptibles. Cette nature ébranlée devient le dernier témoin d’une vie disparue. Les élèments semblent à bout de souffle et étrangement surréalistes. Ses paysages témoignent de notre époque où le réchauffement climatique est au cœur des sujets politiques et économiques.
L’ampleur de ces toiles permet une meilleure immersion dans l’image. En contrepoint de nos vies, l’artiste nous invite à prendre le temps de poser notre regard. Nos interprétations peuvent différer, ce qui est le rôle essentiel de la peinture pour Hans Belting. Il faut laisser planer le doute de la représentation, comme « le mystère de la présence d’une absence* ».
*Hans Belting « Pour une anthropologie des images » 2004


FESTIVAL QPN 2022

" Ici & ailleurs"
"26 ème édition du festival photographique Nantais"
L’Atelier, Espace 18, Passage Sainte-Croix, Galerie Gaïa, , Centre Claude Cahun, Atelier Inkolor, Maison Régionale de l'Architecture et la Galerie Hasy au Pouliguen.

Après avoir exploré la question du temps, de son récit, avec le thème « Histoire(s) », c’est la notion de territoire qui va être étudiée à travers une thématique très ouverte « Ici & ailleurs », un sujet vaste qu’il convient justement de resserrer pour s’interroger sur ce qui caractérise un espace,le distingue ou non de celui que l’on connaît.
Quelles sont les forces qui nous portent vers l’ailleurs, l’inconnu, l’exotique ?
Comment connaître le monde alentour, le dépeindre, le caractériser, identifier en lui le singulier comme le commun ?
Aux détours de la ville, de Nantes jusqu'au Pouliguen et la galerie Hasy, vous êtes invités à découvrir de nombreuses expositions explorant le proche, le connu, le familier, ou nous portant plus loin vers des ailleurs aux formes multiples.
Des apparences, semble-il communes, de ce qui nous entoure, jusqu'aux frontières les plus repoussées, c'est à ce voyage en images que vous êtes conviés, du plus tangible aux confins extrêmes, embarquez à nos côtés !

"Départ d'usines : 1970-1990, les photoreporters nantais racontent"
Hélène Cayeux,Jacky Péault, de Gilles Luneau, de Patrick Garçon et de Jean-Noël Thoinnet.
dans le cadre de la Quinzaine Photographique Nantaise

Passage Sainte Croix - 9, rue de la Bâclerie - 44000 - NANTES
DU MARDI 27 septembre AU SAMEDI 19 novembre
Du mardi au samedi de 12h à 18h30


Les photoreporters racontent leur époque au quotidien. Et les actualités qu’ils couvrent deviennent, avec le temps, de précieux témoins du passé et des mutations d’un lieu ou d’une ville. La Rue de la grue noire (l’association Nantes en noir et blanc, qui fédère un petit groupe de passionnés de photo et d’histoire) et le passage Sainte-Croix ont eu l’idée de réunir 200 clichés de photojournalistes nantais sur la période 1970 - 1990 : Nantes est en pleine mutation. Après près de 150 ans d’une épopée industrielle qui a fait sa richesse et sa renommée, la ville voit ses usines et les principaux chantiers industrielsles fermer les uns après les autres. C'est un tournant majeur pour la ville,
Ces images témoignent de la disparition de toute une classe sociale, d’une économie locale qui se transforme et qui annonce les bouleversements urbains à venir.
IL est impensable de photographier un passé qui ne nous appartient pas ... Seule exception, la photo ci-contre. prise en 1962, m'a fait découvrir l'endroit et l'environnement où, en 2008, a été construite la résidence QUAI, celle même où j'habite depuis 2010 !!!

"Les caprices de la foudre" (Prix QPN 2022),Manon Lanjouère, "Les obsolescent", ERIC TABUCHI ET NELLY MONNIER, "Universal Truth, Familiar Gestures", CAMILLE LÉVÊQUE, "Une femme photographe en pays de Redon" ANNE CATHERINE, "CONFINS"
dans le cadre de la Quinzaine Photographique Nantaise

l'ATELIER - 1 rue de Chateaubriand -44000 - NANTES
du 21 octobre au 20 novembre 2022. Ouvert du lundi au samedi de 13 h à 19 h, le dimanche de 11 h à 13 h 30 et de 14 h 30 à 18 h.

MANON LANJOUÈRE
Les caprices de la foudre peut être vu comme une catastrophe prenant lieu en rêve, ou dans le voyage que les protagonistes effectuent dans leurs passés.
Le chapitre, extrait du projet "Demande à la Poussière", relate l’importance d’une trace, celle de la foudre dans la vie du ou des protagonistes. Point de départ de toute la série, la lithographie de la décharge entre les nuages et la terre lie l’accident au coeur de notre fiction à l’accident photographique :
une poussière déposée sur le négatif de la photographie vient représenter cette décharge. Nous pouvons appréhender la série en termes atmosphériques, ou météorologiques. Elle montre des phénomènes sensibles de lumière et obscurité, des spécialités décalées, des durées morcelées ou suspendus. Une climatologie de moments arrachés au temps linéaire se dessine progressivement.
Elle dit l’éblouissement, notre étonnement sinon notre stupéfaction et parfois même notre ébranlement devant un spectacle. Elle montre des corps déstabilisés, des scènes chavirées, retournées, jusqu’a leur dissolution. On entre dans une forme de beauté singulière de la violence.


ERIC TABUCHI ET NELLY MONNIER
Cette exposition trouvera sa matière dans les archives constituées par Nelly Monnier et Eric Tabuchi, une exploration du territoire sous la dynamique de ses "Régions Naturelles".
ARN, ce corpus d'images en constante évolution, sera traversé pour former à l'Atelier, un accrochage inédit. Quelques détours par notre région et d'autres échappées thématiques viendront poser un parcours photographique multiforme, allant de l'image encadrée, à l'installation plus sculpturale jusqu'à la projection, une once de peinture viendra même s'inviter dans la sélection.
Les Obsolescents
Les Obsolescents (dont le sous-titre aurait pu être La fin de l’Abondance) résume bien l’humeur d’images qui, pour la plupart, renvoient à une époque qui semble révolue.Les photographies présentées sont extraites du volume 3 de l’ARN, livre sur lequel nous avons travaillé concomitamment à cette exposition. Ils se divisent en 4 ensembles.

Architecture d’entraînement

“Et puis, il faut le dire, cet inventaire appartient peut-être déjà au passé. Partout, le corps des Sapeurs Pompiers est relogé dans de belles casernes sises en périphérie. Celles-ci, tournant le dos au brutalisme des années 70 et 80, sont construites dans un style qui se veut à la fois ludique et discret, c’est-à-dire contemporain en définitive. Il en résulte que les audacieuses tours de béton jugées disgracieuses laissent désormais place à des constructions certes plus avenantes mais moins remarquables.”


Infrasculptures

“Si aucun critère objectif ne définit une “infrasculpture“, il n’empêche que la plupart d’entre elles, par leur forme, leur matière ou leur agencement possèdent, hors de toute fonctionnalité, une puissance commune. Qu’il s’agisse du grand bunker de Sainte-Marguerite dont la masse énorme repose dans un équilibre miraculeux sur l’une de ses pointes ou bien, à l’opposé, d’un tas de pneus mollement affalés au milieu d’un champ, chacune impose, en dépassant l’univers utile, une vision élargie du monde qui nous entoure. Toutes, par l’effet d’apparition qu’elles produisent, révèlent une dimension cachée du banal ; elles sont les fantômes venus hanter l’ordre prévisible des choses.”



Géométrie Publique

“Nous sommes au début des années 70 et la proche campagne des villes industrielles continue de s'urbaniser dans l'urgence.
Des ensembles plus ou moins grands s'accumulent au milieu des labours, tours et barres de béton dont les interstices sont occupés d'aires de jeux, de voitures et de fils à linge. Dans une intention qui paraît rapidement illusoire et presque déjà mélancolique,



Discothèques

“Lieux longtemps incontournables des sociabilités rurales, les discothèques de campagne achèvent de disparaître en silence. Souvent on en croise à l’orée des bourgs, pauvres vestiges de la nuit française qui, allez savoir, attendent qu’on les immortalise en passant.
Il faut dire que danser sur de la mauvaise musique en buvant des cocktails aussi peu dosés qu’onéreux pour finir par se faire embrouiller au petit matin sur le parking attenant ne constituait pas le meilleur moyen de contrer Tinder ou Netflix. D’une certaine façon la grande roue des tendance.


ANNE CATHERINE "Une femme photographe en pays de Redon"


En 1909, au décès de Louis Catherine, son mari, Anne Catherine, alors âgée de 35 ans, poursuit seule l'activité du studio photographique installé rue de la Gare, au coeur de Redon. Pendant 18 ans elle va accueillir ses clients dans la boutique mais aussi sillonner le pays avec sa chambre photographique.
"Madame Catherine" comme la nommaient avec respect les habitants de Redon, disparaît en 1958 et ce n'est qu'en 1978 que les archives du studio sont redécouvertes dans la maison familiale. Une partie ne peut être sauvée mais 14 000 plaques de verre sont achetées par un collectionneur qui les revendra la même année au musée de Bretagne où elles sont depuis conservées.



CAMILLE LÉVÊQUE "Universal Truth & Familiar Gestures"

"Universal Truth"

"Universal truth est une recherche à travers des milliers de photos de famille, s’étendant sur plusieurs décennies et plusieurs continents.
De cette collection de moments intimes immortalisés sur papier, j’isole des résonances évidentes entre ces différentes vies et confronte les postures, célébrations, ou loisirs. Les plus grand moments de fierté sont immortalisés au même niveau que les moments les plus banals du quotidien et figés sur papier pour toujours. Ces moments, souvenirs, survivront leur auteurs et leur protagonistes.
Ces images, assemblées les unes aux autres, mélangent des familles qui ne se sont jamais rencontrées, et que tout sépare. Ce puzzle quelque peu chaotique, révèle leurs similarités et derrière cet amalgame aux finitions grossières, apparaît l’histoire timide d’un lien universel."
(Camille LEVEQUE)


"Familiar Gestures"

Rassemblant des gros plans d’images collectées au fil des ans et à divers endroits, ce projet met en lumière l’aspect universel de la mémoire familiale. Des familles issues de différents pays, classes sociales, générations, se retrouvent dans cette collection d’images.
A l’instar de vestiges visuels, des éléments négligés, sous-estimés de l’image sont désormais mis en avant et arborent un nouveau rôle. Poursuivi par la recherche d’une documentation de la mémoire et la visualisation de la trace du temps, ce projet s’aligne avec le reste de ma pratique, qui par l’usage systématique de photographie d’archive, questionne aussi le droit d’auteur.
(Camille LEVEQUE)


"Confins"

Confinium, l'origine latine du terme "Confins", signifie voisinage, un premier indice pour éclairer cette notion indécise.
Entre deux territoires, d'un ici, vers un ailleurs, s'esquisse un passage, la fin d'un espace, le début d'un autre. Et cet entre-deux nous pouvons le faire jouer à toutes échelles.
Du dedans vers le dehors, du familier vers l'inconnu, du visible vers l'invisible !Les frontières de la connaissance sont sans cesse repoussées, l'univers connu s'agrandit à mesure que la science fournit des outils permettant de scruter le ciel lointain, aux confins des dernières lueurs, les premiers temps de notre monde !
Les agences spatiales européennes et américaines partagent leurs archives iconographiques,cette matière scientifique vient souvent tangenter un univers plus poétique, d'une étrange et silencieuse beauté.
Les images diffusées paraissent presque trop belles pour être vraies, de fait on ne doit pas oublier qu'elles sont rarement des captures brutes sorties des instruments, elles doivent recevoir des traitements, parfois des assemblages pour que l'information soit accessible.





"Ici & ailleurs" MATTHIEU VENOT
dans le cadre de la Quinzaine Photographique Nantaise

La Grande Galerie, MAISON RÉGIONALE DE L’ARCHITECTUR - 17 rue La Noue Bras de Fer, -44200 - NANTES
du 21 octobre au 20 novembre 2022. Ouvert Du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 / 14h00 à 17h30 et le Samedi & dimanche de 13h00 à 18h00

Matthieu ne sort que par jours de beau temps. Attentif, il aime donner une vision lumineuse de la vie et transforme notre vision du monde.
Ici, la photographie n’est pas une simple reproduction de l’architecture, elle révèle la puissance et la dimension graphique de ce qui constitue notre cadre de vie.
L’esthétique est singulière et récurrente : les formes se détachent du ciel immaculé jusqu’à nous faire oublier ce que l’on regarde : un toit, un mur, une rambarde, un balcon.
Le choix des points de vue et la lumière qui inonde ses photos brouillent les repères géographiques et interrogent la manière dont l’architecture caractérise un territoire.



Brest

architecture balnéaire
Brest

La Baule

La Grande Motte


"Ioana et la jupe rouge" ARMANDINE PENNA
dans le cadre de la Quinzaine Photographique Nantaise

ESPACE 18 - 18 rue Scribe Passage Graslin -44000 - NANTES
du 21 octobre au 20 novembre 2022. Ouvert Du Du jeudi au dimanche de 15 h à 19 h

« Ioana et la jupe rouge » est un conte documentaire qui se passe à la fois « Ici et ailleurs ». Ici, sur le territoire de l’agglomération nantaise. Ailleurs, dans un des bidonvilles où se regroupent des migrants venus de Roumanie et d’origine rom. Ces habitants précaires vivent entre eux à la marge de la société française : régis par leurs propres codes et comme entourés d’une frontière sociale et culturelle.
La photographe a rencontré Ioana dans l’école élémentaire de son quartier de Bouguenais (44) :
elle a été plusieurs années dans la même classe que son fils aîné Séraphin. A présent qu’ils sont collégiens, leurs trajectoires s’éloignent… Elle tournant en rond dans une communauté où les femmes enfantent jeunes ; lui du côté de la société où l’école ouvre des portes.
La longue jupe que Ioana porte de plus en plus souvent est devenue un fil rouge. Cet habit initiatique marque la sortie de l’enfance, d’après les traditions de sa communauté où aucune femme mariée ne se moule dans des jeans. Cet habit est aussi symbolique d’un repli faute de trouver une place dans la société française.



"Un seul brin de Paille"
Carole BARON

"les vitrines" - face à Cosmopolis - Rue Scribe -44000 - NANTES
du 05 novembre au 03 décembre 2022.

Un mot sur l'association Open It et les "vitrines" :
Open it Introduit une nouvelle temporalité d'expositions et Initie ce dispositif sous-verre. Mises à disposition de l'association par la Ville de Nantes, les trois vitrines en enfilade du passage Graslin font l'objet d'une programmation d'installations syncrétiques et autonomes durant toute l'année.
OPEN /IT, décide de penser l'exposition en investissant des lieux ordinaires en les détournant de leur fonction initiale.Décontextualiser l'œuvre d'art dans des espaces non - habités, constitue l'élément essentiel à partir duquel nous concevons des formes d'expositions de courte durée. C'est en rapprochant le champ des arts visuels de celui des réseaux de l'immobilier, que nous faisons émerger de nouvelles corrélations et d'autres formes d'échanges et de créations.
, Open it bénéficie du soutien de la Ville de Nantes, du Conseil régional des Pays de la Loire, du Département de Loire-Atlantique et de la Ville de Saint-Nazaire.
l'exposition :
Masonobu Fukuoka nous explique comment un seul brin de paille peut déclencher une rèvolution sur l'avenir de l'être humain. Il y met en avant les benéfices d·une agriculture sauvage,dans laquelle la paille enrichit la terre.
Sa méthode consiste à ooopérer avec la nature et non à tenter, de l'améliorer par la conquête. Il sème et cultive. Et la seule chose qu'il pourra toujours offrir c'est un brin de paille. Alors qu'avons nous à o!frir ? Que puis-je transmettre ? Qu'est-ce qu'il nous reste, que gardons-nous de notre héritage, de nos apprentissages ?
La matière première vient de ma terré natale. La paille a été cultivée par mon père. Je l'ai récoltée avec lui. Le tissu lui, appartenait à nos voisins et servait au tue-cochon moment oollectif de tradition et de partage.
Dans cette installation, quatre èléments se transmettent :
- Un patrimoine familial.
- Un savoir faire ancestral peu valorisé
- Le souvenir d'un lieu à présent détruit
- Une expérience lors d'une intervention avec des enfants





"Festival photographie expérimentale & alternative"
ALEA

Cale 2, au pied de la Grue Titan Jaune, Parc des Chantiers - 44200 - Ile De NANTES
du 23 septembre au 9 octobre 2022.
du mercredi, samedi, dimanche : 14h - 18h.

Les photographes de l'association Aléa Club vous propose de découvrir une série de photographies expérimentales et alternatives. L'exposition est l'occasion de découvrir des techniques photographiques par le biais d'ateliers, de démonstrations.



"DE VISU"
expo collective dans le cadre des 20 ans du prix des arts visuels de la Ville de Nantes

ÉCOLE DES BEAUX-ARTS DE NANTES, 2 ALLÉE FRIDA KAHLO - 44200 - NANTES
DU MERCREDI 5 OCTOBRE AU SAMEDI 5 NOVEMBRE
OUVERT DU MERCREDI AU SAMEDI DE 14H À18H

L’exposition De Visu présente aux Beaux-Arts de Nantes le travail d’une cinquantaine d’artistes parmi les lauréat·es du prix des arts visuels de la Ville de Nantes.
Créer les rencontres, tracer des perspectives, féconder les réseaux et les connexions, c’est avec ce même esprit d’ouverture que Nantes, son école d’art et sa collection d’art contemporain soutiennent les artistes de la ville, diplômé·es (ou non) des Beaux-Arts.
D’Arnaud Théval diplômé en 1995 à Céleste Richard-Zimmerman félicitée en 2017, les Beaux-Arts de Nantes ont eu le privilège d’avoir formé des artistes uniques dans leur pratique, exemplaires dans leur singularité.
Aujourd’hui, l’évolution de l’artothèque nantaise fondée en 1986, développée avec un concept innovant de diffusion, artdelivery offre aussi au public la possibilité de réserver dans la galerie une œuvre de l’exposition qui sera livrée à partir de novembre 2022.



"5eme Nuit des Galeries à Nantes "
6 galeries nantaises

Cale 2, au pied de la Grue Titan Jaune, Parc des Chantiers - 44200 - Ile De NANTES
du 10 au 13 novembre 2022.
3 nocturnes 12H - 23H - 1 dimanche 12H - 18H



Inciter le plus grand nombre de visiteurs à pousser les portes des galeries privées de la Cité des ducs de Bretagne pour faire découvrir leurs différents univers... C'est le pari de l'association Art Galeries Nantes à travers la Nuit des galeries.
l'événement change de format et réunit six galeries et autant de galeristes :
Albane de La Galerie Albane, Elisabeth Givre de La Galerie Gaïa, Léopold Cottineau de La Galerie des Oubliés, Franck Moinel du Triphasé, Anne Hervy de La Galerie Le 56 et Marie-Pierre Beillevaire Carron Le Rez De Chaussée.
« Il s'agit d'un accrochage collectif, explique Marie-Pierre Beillevaire-Carron, secrétaire de l'association et présidente de la Galerie le Rez-de-Chaussée. Chaque lieu présente les artistes de son choix sur le thème du vert. Cette couleur est représentative d'un regard qui porte à l'écologie, à la nature, et au retour aux sources. Elle est aussi affublée de controverses historiques, de croyances religieuses, de sorcelleries et de tentatives chimiques compliquées. »

Photos de "la 5eme Nuit des Galeries" version Lucho.

la Galerie le Rez-de-Chaussée




"Festival des solidarités"
25e édition du #Festisol - 5 expositions

Cosmopolis - 18 Rue Scribe -44000 - NANTES
Du 03 novembre au 13 novembre 2022

Depuis plus de 20 ans, le Festival des Solidarités offre un espace à celles et ceux qui souhaitent porter des valeurs solidaires sur leur territoire, en les réunissant autour d’événements conviviaux et engagés.
La période actuelle voit s’accentuer des phénomènes de repli sur soi, c’est pourquoi le Festisol souhaite mieux faire entendre - et connaître - toutes les voix qui portent la solidarité internationale et l’ouverture aux autres cultures, pour renforcer les capacités de mobilisation citoyenne face à cet enjeu.

"Entre craintes et espoirs" Fabrice Dekoninck





Le photographe Fabrice Dekoninck a séjourné pendant de longues périodes à Srebrenica. S’échelonnant sur presque trois ans, son travail s’apparente à celui d’un anthropologue de la mémoire. Il documente, sur les lieux mêmes du génocide, la mémoire de l’effroyable crime de masse et les graves traumatismes qui en résultent, 27 ans après, pour les familles des victimes et les survivants. Ce travail dresse le portrait implacable d’un société traumatisée qui demeure figée dans son propre passé, où, en l’absence de toute volonté de narratif commun, la mémoire est devenue un instrument de propagande, au détriment de la justice et de la réconciliation.






"Les 100 ans de la FIDH (Fédération Internationale des Droits Humains)" agence Magnum





L’exposition présente un ensemble d’images iconiques des photographes de l’agence Magnum. Des photos d’archive illustrent dix droits proclamés par la Déclaration Universelle des droits de l’Homme, choisis pour leur importance et parce qu’ils sont peu, mal ou pas appliqués.
Des photos originales de Cristina de Middel Puch illustrent dix droits du futur pour relever les défis du présent en revendiquant l’universalité des droits humains.





"Construire son identité : écrire le soi"association Asprobir

Peinture de l’artiste MAW invitée par ASPROBIR dans le cadre de la 7e édition de son festival de littérature africaine.





le Mur de Nantes : "Alfe #8"

Trampolino - Angle des boulevards Léon-Bureau et de la Prairie-au-Duc, - 44200 - Ile De NANTES
Alfe #8 : Réalisation du 03 au 08 octobre 2022. Fresque visible jusqu’au 13 janvier 2023.

L’idée est que, tous les trois mois, des toiles urbaines rhabillent l’imposante façade en béton (à l’origine un blockhaus) de Trempolino​.
Le projet baptisé le Mur de Nantes, est mis en oeuvre par le collectif Plus de Couleurs à la demande de la ville de Nantes.
les oeuvres de 7 artistes se sont déjà succédés sur ce mur : la premiere « ROUGE #1 » de la plasticienne bordelaise Jessica Hartley, alias Rouge, a cédé sa place à "SELAH #2",remplacée par "SHANE #3" puis "BIMS #4".
du 12 février au 1er avril 2022, c'est "ZEKLO #5 qui s'exposait. D'avril a fin juin ce fut au tour de LesGens #6 de prendre possession du Mur qu'il va céder le 03/10 pour laiser place à ALFE dont la fresque sera visible jusqu'en janvier 2023 !!!
Depuis le début des années 2000, c’est en véritable passionné qu'Alfe réalise ses peintures. Sa peinture de proximité, le plus souvent à ciel ouvert dans l’espace public, est en constante évolution et joue avec les codes du graffiti et du graphisme.
Tantôt figurative, tantôt abstraite, truffée de signes graphiques et de traces, c’est à travers une dynamique de lignes et des couleurs vives que l’on reconnaît son style. Autant influencé par les Masterpieces du graffiti new-yorkais que la peinture moderne et la bande dessinée, c’est à la croisée des cultures que se forge le style d'Alfe.

"Palissade #1 : FUSION"
JOE POPI et SYLVIE PIRES DA ROCHA (Cie ARTY SHOW)

Boulevard de la Prairie-au-Duc, - 44200 - Ile De NANTES

"Palissade #2 !"
FZR SETHI et lHEB FEHRI.

mail du Front-Populaire - 44200 - Ile De NANTES

Pour prolonger l’expérience de La Méta-Halle, une appropriation artistique de la palissade du chantier de l’ex-halle Alstom a vu le jour vendredi 7 octobre. Il s’agit d’une œuvre monumentale, s’étendant sur plus de 100m de long, des Beaux-Arts jusqu’au boulevard Léon-Bureau, côté Machines de l’île.
Halles Alstom-Bergeron, Une histoire de métamorphose
Sur la dernière Halle Alstom de l’ile de Nantes QUARTUS accompagne la transformation du site par des actions d'urbanisme transitoire, aux côtés de l’architecte Alexandre CHEMETOFF. Ici la mémoire industrielle sera réinterprétée pour laisser place à une opération mixte réunissant logements et bureaux. Durant les 4 mois précédents la démolition de la halle le collectif d’artistes LES CIRCACIERS a investi les lieux pour les transformer en un espace d’ateliers et d’événements baptisé La Méta Halle. Au total ce projet a accueilli 35 résidents, 60 artistes et plus de 5 000 spectateurs. Ce partenariat inédit également soutenu par la SAMOA a permis d’offrir un lieu d'expérimentation artistique en activant des synergies entre des acteurs d'activités variés.
pour prolonger cette démarche QUARTUS invite à nouveau LES CIRCACIERS pour investir la palissade du chantier. A l'occasion de cette carte blanche artistique le collectif a choisi d organiser une collaboration inédite entre les artistes FZR Sethi et lheb Fehri. Cette palissade est réalisé à partir de matériaux réemployés de la halle. La fresque devient ainsi un témoin artistique de la transformationdu lieu et des acteurs qui ont contribué aux différentes périodes de son existence.



dans le rétro: "la Gazette du Quai n°40 (01/07 - 30/09 - 2022)" le Voyage en Hiver Ernest Pignon Ernest à Landerneau